Записи с темой ‘avis sony xperia x performance’

  • Coque samsung galxy s7 The devotions of Dr-coque samsung galaxy s3 personnalisable-srlunt

    Les dévotions du Dr Maharajh Andrew Duffy, The Ottawa Citizenthink encore pire que de savoir que vous ne pouviez rien faire pour aider votre enfant à savoir qu’il y a coque silicone galaxy s4 quelque chose là pour aider votre enfant et vous pouvez y accéder. custodia iphone 8 originale apple Les patients de Gyaandeo Maharajh sont souvent anormalement petits, leur croissance étant limitée par des cœurs trop faibles pour fournir l’énergie et l’oxygène nécessaires pour manger.Un enfant de trois ans ne pèse que trois kilos, soit environ la taille d’un nouveau-né moyen au Canada.

    Le Dr Maharajh, chef néo-trinidadien de chirurgie cardiovasculaire au Children’s Hospital of Eastern Ontario, se rend deux fois par année dans son pays pour réparer les malformations cardiaques qui sont corrigées au Canada au cours des six premiers mois de la vie d’un nourrisson.

    À Trinidad, l’attente pour un traitement est souvent de trois ans ou plus.

    Le Dr Maharajh fait du bénévolat pour que le travail accomplisse une partie d’une dette ressentie.

    «C’est l’endroit qui m’a donné envie de devenir chirurgien cardiaque», explique-t-il, «le travail me fait un peu moins glu de moi-même: il équilibre mon équation morale».

    Cette équation est complexe, éclairée par l’histoire de la famille et par son étreinte du service, un principe central de la religion qui illumine sa vie.

    En plus d’être un chirurgien cardiaque, le Dr Maharajh, 45 ans, est un prêtre hindou, un expert qui explique les textes sacrés et les Écritures.

    C’est un appel qu’il partage avec beaucoup de ses ancêtres brahmanes, y compris son père et son grand-père.

    Maharajh est né à Trinidad, le fils d’un dirigeant de l’industrie pétrolière et le petit-fils d’immigrés indiens venus travailler dans les champs de canne à sucre de l’Inde, son père, Jagdeo Maharajh, est passé de l’usine de British Petroleum à suite exécutive.

    Malgré le confort relatif de la famille, le travail acharné restait une partie du credo du Maharajh: enfant, Gyaandeo apprit la plomberie, la soudure et la coque samsung galaxy a3 2015 silicone menuiserie, tout en étudiant les écritures hindoues.

    Il a compris à l’école primaire que sa vie n’était pas aussi insouciante que la plupart des autres. ‘Dans la matinée, j’écoutais tous mes amis parler etui iphone 4 personnalisé de tous les programmes de télévision qu’ils regardaient, et à midi, je pouvais le répéter comme je les regardais aussi’, se souvient-il.

    À 12 ans, son père l’a assis pour discuter de son avenir: il avait besoin d’un plan de carrière, lui a-t-on dit, et de deux sauvegardes. Maharajh décida alors qu’il deviendrait médecin et, à défaut, pilote ou pompier.

    L’idée d’une carrière chirurgicale s’est cristallisée alors qu’il absorbait les histoires de ses compatriotes forcés de voyager à l’étranger pour contourner le cœur et d’autres procédures de sauvetage. Le jeune Maharajh a juré de servir des patients comme eux un jour.

    Mais son plan a subi un détour inattendu en 1980 après l’envoi de sa sœur au Canada pour poursuivre sa carrière universitaire. Le père de Maharajh lui a ordonné de rejoindre sa soeur, qui s’était plainte de la solitude.

    Maharajh ne voulait pas partir. custodia iphone x disney ‘Pourquoi suis-je puni’ Demanda-t-il ‘Je vais bien à l’école’.

    Son père ne se plierait pas. Maharajh, alors âgé de 16 ans, a déménagé à Hamilton, en Ontario, pour terminer ses études secondaires et commencer ses études universitaires, tout en remettant en question sa foi hindoue, qui a soudainement été retirée de son contexte familier. Ses nouveaux camarades de classe étaient curieux de connaître ses croyances et ses rituels, et demandaient souvent: «Pourquoi faites-vous cela

    Maharajh s’est mis à répondre à cette question et a émergé de cet examen de plus en plus dévoué à sa foi.

    «Toutes vos valeurs et vos idées sont remises en question en tant qu’immigrants», dit-il. custodia pelle iphone 7 plus ‘La réaction la plus commune est de la laisser tomber et de l’assimiler, j’ai eu la réaction inverse, je suis allé voir pourquoi je le faisais. C’est devenu une chose très informée. ‘

    Cette foi définit maintenant la vision du Dr. Maharajh de lui-même et de son travail. ‘La plupart de ce que nous faisons est, en fait, d’aider le corps à s’aider lui-même: nous ne faisons pas grand-chose pour guérir’ insiste. ‘Je sais que beaucoup, beaucoup de mes collègues le feraient avec acharnement.’

    Le Dr Maharajh est arrivé au CHEO en 2001 après avoir terminé une résidence à l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa. custodia apple iphone 6s plus Quand il est arrivé au Canada, il prévoyait retourner à la maison pour pratiquer la médecine. Mais en optant pour une carrière en chirurgie cardiaque pédiatrique, il a éliminé cette possibilité puisque Trinidad n’a pas l’infrastructure pour soutenir un tel travail.

    Il se considère béni d’être un chirurgien, d’être estimé pour l’application de ses compétences au service des autres.

    ‘Dans notre foi, le principe ultime est considéré comme un service à votre prochain, et je le fais tous les jours, je suis payé pour cela et je le remercie.’

    Le Dr Maharajh n’hésite pas à détourner les louanges des familles reconnaissantes: il montre le ciel quand les parents lui disent qu’il a sauvé leur enfant, c’est sa façon de dire qu’il a simplement fait son travail, que Dieu devrait en avoir le mérite.

    ‘Je travaille dur pour me rappeler de cela’, dit-il.

    L’attitude fait partie d’un assaut continu sur son ego, quelque chose qu’il croit nécessaire pour atteindre le contentement, et finalement, le salut. custodia iphone 7 plus biancaneve Il croit que l’ego, plutôt que l’argent, est la racine de tout mal.

    Елена Бохорова / 2018.07.22 / no responses / Метки: , , , ,